A Ouagadougou, dans la capitale, la marche de ce samedi 18 janvier 2014 qui a drainé une foule immense dans les artères de la ville et sous une fine pluie de janvier (rarissime pour être relevée), l’opposition burkinabè et beaucoup d’observateurs la considéreront comme une marche historique dans l’histoire politique du Burkina Faso.

Manifestant 18 janvier 2014Dans les discours, les allusions à la chute du CDP, jusqu’à un passé récent qualifié de méga parti, se faisaient avec ironie et délectation.

«  » »Lire aussi : Modification de l’Article 37 : l’opposition marche contre à Ouaga

« Le caleçon du CDP est dehors, et c’est même un caleçon déchiré », a ironisé Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition, qui a pour l’occasion salué  le courage des démissionnaires et invité   « tous ceux qui, au CDP, sont saisis par le doute, et qui hésitent encore, à prendre leur courage à deux mains […] et à quitter le navire pendant qu’il est encore temps ».

Marche du 18 janvier à Ouaga : Le discours de Zéphirin Diabré

A propos de l’auteur
-

Tu peux utiliser HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>